La construction du quartier de Servenoble

Le quartier de Servenoble est le deuxième quartier construit grâce à la naissance de la Ville nouvelle sur Villefontaine, voire sur l’ensemble du territoire de la Ville nouvelle.

Ce quartier est contenu entre des voies de circulation importantes : le boulevard de Villefontaine (limite avec le quartier de Saint-Bonnet), la D36 (Vienne-Vaulx-Milieu), l’avenue de la Maladière (limite du quartier, le séparant de l’ancien bourg, le Village, à quelques exceptions près : les Cascades, le lotissement des Colchiques et celui des Chamois) et à l’ouest, les champs et la forêt qui font la limite avec la commune de Bonnefamille.

Auparavant ce quartier était une terre de culture. Il est dit qu’il y avait une pinède, d’où le nom de l’esplanade au sommet du quartier, vestige de cette époque. Cette pinède était implantée sur la colline entre l’Esplanade de la Pinède et l’Avenue des Pins. Elle n’est pas indiquée sur la carte IGN de 1950.

Source : Remonterletemps.ign.fr

Avec les cartes anciennes, on voit que le boulevard de Villefontaine a été déplacé. Au niveau de la ferme de la Croix le boulevard se séparait en deux : une route rejoignait le Village en passant par le cheminement piéton actuel qui passe derrière le lycée jusqu’à la rue du Berthet, l’autre conduisait vers le hameau du Pont en traversant l’actuel quartier de Saint-Bonnet. En terme de bâtisses anciennes, on note le château de Vaugelas situé sur la commune de Roche, avec la ferme sur la commune de Villefontaine, dû au retrait de Roche de la Ville nouvelle. Et puis, dans le prolongement de la rue du Berthet, il y a la Villa Bellevue.

Photo de la construction du quartier, vue sur l’avenue des Pins (Archives CAPI)

Le quartier de Servenoble est principalement un quartier résidentiel. Il possède des infrastructures (deux écoles, un collège, le lycée de la commune, une maison de quartier, deux gymnases, un centre commercial … ) pour un usage local ciblant principalement les habitants du quartier. Il s’agit d’apporter tous les services de proximité aux habitants.

Les écoles sont construites avec la volonté de s’adapter aux nouvelles méthodes pédagogiques et en adéquation avec les besoins de l’Enfant. Le Lycée de la ville nouvelle, devenu Lycée Léonard de Vinci, a ouvert en septembre 1977 … dans 5 salles du Collège Anne Franck de La Verpillière (66 élèves dans les 3 classes de seconde). En septembre 1978, il s’installe dans les bâtiments du Collège Louis Aragon, construit mais sans élèves. Il y reste 2 années scolaires avant de s’installer dans ses locaux actuels en septembre 1980 !! Le GS3 – Louis Pasteur a été conçu comme un équipement central pour la vie du quartier, fortement intégré avec la Maison de Quartier/Centre social qui est dans le même ensemble architectural. Le GS4 – de l’Étang a été construit en 1979, mais a d’abord accueilli les collégiens à la rentrée de Septembre 1979, les bâtiments du Collège étant « squattés » par le lycée !

Le centre du quartier se veut animé, en contraste avec la périphérie plus calme.

L’avenue des Pins est la voie principale qui traverse le quartier. Mais, ce ne sont que les habitants qui transitent par cette voie, avec donc un flux limité.

Comme pour la majeure partie des quartiers de la Ville nouvelle, un certain nombre de cheminements piétons permettent des accès sécurisés et privilégiés pour tous. On peut noter la passerelle qui traverse l’avenue des Pins à proximité du groupe scolaire L’étang et qui permet de relier le centre du quartier et les abords de l’étang. Il y a également la passerelle qui enjambe l’avenue de la Maladière et permet de relier le nord du quartier, notamment le 365 rue du Berthet [partie du lotissement des Colchiques] et les 70 et 72 avenue de la Maladière [lotissement les Chamois], ainsi que le Village avec le reste de Servenoble.

Plaquette de commercialisation des locaux commerciaux de Servenoble (Archives CAPI)

Ce quartier est conçu par une équipe pluridisciplinaire menée par l’architecte en chef Monsieur ROQUES. Dans le journal de l’intercommunalité, en février 1976, alors que le quartier n’est pas encore construit, on présente le quartier à naître : le calendrier des futures constructions. Il est indiqué qu’on prévoit 3 000 habitants à terme.

Le programme de logements sur le centre du quartier et jusqu’à l’étang comporte 1 000 logements dont 40 % de maisons individuelles. Les immeubles de 3 à 6 niveaux sont construits sur le flanc de la butte et les maisons individuelles sont en périphérie du centre du quartier.

Alors qu’on prévoyait la fin de la construction du quartier pour 1978, il l’est à l’été 1980, avec l’ouverture du lycée Léonard de Vinci. Le gymnase Bernard Jeu, pensé pour être le gymnase du lycée, ouvre en novembre 1981.